dimanche 19 avril 2009

Raphael, le rossignol espagnol




Le jeune chanteur français Raphaël, interprète de « caravane », « dans 150 ans » pour tenter de faire carrière en Espagne a été obligé de rajouter son nom de famille à son nom d’artiste, car là- bas et dans toute l’Amérique du Sud son prénom est déjà celui d’une des plus grandes vedettes de la chanson depuis 45 ans.Elevé dans une famille très pauvre, le jeune Rafael Martos se fait remarquer très tôt lors d’un concours de chant en Autriche. Dès le début des années 60, il enregistre les succès du moment comme « Cuando caliente el sol », connu en France par Gloria Lasso sous le pseudo de Raphael. Sa voix très puissante et sa façon très dramatique d’interpréter les chansons vont rapidement lui valoir une gloire sans égal, dans un pays où régnaient surtout les chanteurs folkloriques et de flamenco. Parmi ses morceaux de bravoure, la version espagnole d’Et maintenant et surtout une excellente interprétation de la nuit d’Adamo.En 1965, il fait forte impression à l’eurovision de la chanson avec « Io soy aquel ». Si la chanson ne finit pas dans le peloton de tête, elle fait un malheur dans toute l’Espagne : immédiatement, Raphaël se voit proposer un rôle au cinéma dans « Cuando tu no estas ». : Celui d’un jeune chanteur qui devient célèbre mais ne peut retenir la fille qu’il aime. Un vrai mélo, parsemé de chansons (environ une toutes les 10 minutes, dont Io soy aquel) qui véhicule le cliché du chanteur populaire malheureux en amour. Raphaël y donne l’image d’un jeune homme bien élevé (proche d’Adamo, dont il reprend quelques succès), timide et triste, voire franchement dépressif. Les films suivant Digan lo que digan, al ponerse el sol sont battis selon le même schéma. Après tout pourquoi changer une formule qui marche ?Alors que la gloire du chanteur devient internationale (nouvelle participation à l’Eurovision, tournée aux USA, en URSS, triomphe au Carnegie hall, passage à Paris à l’Olympia, grande popularité au Mexique et en Argentine), on lui propose un film à gros budget « El golfo » tourné à Acapulco, aux cotés d’une Shirley Jones sur le déclin. La variété des morceaux musicaux, très connus pour la plupart (Hava naguila, l’amour est bleu, going out of my head), et chantés à pleine voix par le jeune Raphaël, dans de ravissants décors naturels, rattrapent largement une histoire vraiment sans intérêt (une femme entre 2 âges qui s’éprend d’un jeune homme insouciant pendant les vacances). Au moins, dans ce film, Raphaël semble abandonner l’image du jeune homme désespéré. Dans le film suivant « Sin un adios », on revient à la formule classique: une superstar de la chanson, dont la fiancée (Lesley Ann Down) incapable de trouver sa place entre les fans de ce dernier et son travail préfère se suicider. A noter que film compote plusieurs scènes de comédies musicales, assez ratées en fin de compte, et d’un humour plutôt douteux comme celle où l’on voit des nourrissons attachés à un fil par des pinces à linge ou Raphael tenu en laisse par des femmes. On retiendra surtout sa tragique interprétation de la balade de la trompette en costume de clown. En 1970, on le retrouve dans El Angel, en chanteur de cabaret mêlé à la pègre devenu prêtre suite à un chagrin d’amour. Le passage avec les prêtes en soutane chantant la bamba bât des records de ridicule. Bien évidemment, Raphaël nous gratifie d'un ave Maria et d'une reprise du I believe de Frankie laine, avec un accent espagnol des plus corsés.Mais après tout, pourquoi pas ? Ses films sont uniquement un prétexte pour permettre au chanteur d’interpréter le maximum de ses chansons. : de la variété populaire chantée avec vigueur et émotion, de façon parfois un peu affectée.En 1972, le chanteur se marie avec une romancière dont il aura 3 enfants (de nombreuses rumeurs d’homosexualité, dues notamment aux manières efféminées du chanteur avaient auparavant beaucoup couru sur son compte).Il tourne alors son dernier film, Volvere a nacer, très certainement le plus intéressant. Un huis clos un peu macabre, dans lequel il incarne un chanteur pris au piège de son attachée de presse folle de lui et folle tout court. qui échafaude un plan machiavélique pour éviter qu’il la quitte. L’intrigue complètement tirée par les cheveux est absolument impossible à croire, mais on est ravi de découvrir enfin un Raphael dans un rôle différent (qu’il joue fort bien d’ailleurs) et dans des scènes assez sensuelles avec les très jolies Veronica Castro et Isela Vega (laquelle deviendra à la fin des années 70 la grande Star du film érotique mexicain).Raphael continuera par la suite à connaître de grands succès discographiques (notamment une salsa à la Ricky Martin « escandalo » au début des années 90) , à animer des shows télé (avec Gina Lollobrigida entre autres) et à jouer dans des comédies musicales à Madrid (Jekyll et Hyde). Il y a 3 ans, Raphael, atteint d’une hépatite a du subir une greffe du foie. L’opération a parfaitement réussi et il a repris le cours de ses tournées en Amérique du Sud. Un coffret de ses films les plus connus est disponible en Espagne, ainsi que de très nombreuses compils en CD.

3 commentaires: